Blog sur l'écriture de scénarios
Publié le par Neil Wright

Culture et personnage : Les contes occidentaux et orientaux

Culture et personnage

Les contes occidentaux et orientaux

La culture est le moteur de la nature imparfaite et des particularités des gens, tant dans la fiction que dans la vie réelle. Nous considérons souvent la culture comme un phénomène "superficiel", comme les vêtements que nous portons, les festivités culturelles spécifiques ou les événements sportifs. Mais elle est bien plus profonde que cela. La culture dans laquelle nous sommes nés façonne profondément la façon dont nous percevons le monde qui nous entoure, même si nous n'en avons pas conscience. Elle déforme le prisme à travers lequel nous vivons et influence nos philosophies et nos comportements.

Réservez votre place dans la file d'attente, scénariste ! Nous sommes sur le point de lancer le logiciel d'écriture de scénarios SoCreate auprès d'un nombre limité de bêta-testeurs, novices ou professionnels. , sans quitter cette page.

Prenez, par exemple, les différences extrêmes entre la culture occidentale et les cultures lointaines. En Occident, le cannibalisme est répréhensible. Mais en Papouasie-Nouvelle-Guinée, manger les morts est un rite funéraire d'affection. Les Américains consomment couramment des milliards de kilogrammes de viande de bœuf dans les repas et les fast-foods, alors qu'en Inde, les vaches sont sacrées. Compte tenu de ces grandes différences, il n'est pas surprenant d'apprendre que nos modèles du monde sont influencés par la culture. Et que la culture, à son tour, influence la façon dont les histoires sont formées.

Le rôle évolutif de la narration

Toutes les sociétés humaines que nous connaissons racontent des histoires sous une forme ou une autre, à l'oral ou à l'écrit. Le rôle des histoires, d'une culture à l'autre, semble être un moyen d'intégrer les normes et les leçons culturelles et d'aider les gens à déterminer ce qu'ils doivent faire pour contrôler ou rétablir l'ordre dans un environnement particulier. 

Les contes sont presque toujours dictés par les adultes, qui utilisent le contenu d'un conte pour expliquer aux enfants ce qui est juste et ce qui ne l'est pas dans la vie, ce qui a de la valeur et ce qui n'en a pas, et pour renforcer la façon dont les bons citoyens doivent se comporter. Par conséquent, les histoires enseignent souvent des leçons de morale, distribuent des punitions et des récompenses, et le font d'une manière qui reflète la culture de leurs origines. Et les histoires sont souvent modifiées, les adultes (les conteurs) y ajoutant leurs propres messages narratifs. 

En grandissant, notre cerveau est dans un état de plasticité en développement. Notre cerveau absorbe les informations du monde qui l'entoure et ce qu'il voit façonne ses voies neuronales. On pense que ce modelage des neurones est particulièrement important au cours des sept premières années de notre vie. 

La vision occidentale

En grandissant, les enfants occidentaux sont élevés pour se considérer comme des individus dans une culture de l'individualisme. Cette perception de soi dans le monde est une bizarrerie unique qui aurait commencé à se manifester il y a environ 2 500 ans dans la Grèce Antique. Les Occidentaux ont également tendance à voir la vie à travers une série de choix et de libertés individuelles et à considérer le monde comme constitué de pièces et d'éléments individuels. 

Selon certains psychologues, le modèle qui sous-tend les contes occidentaux est un produit du paysage rocheux et vallonné de la Grèce, qui ne se prêtait guère à l'agriculture à grande échelle. Par conséquent, pour réussir dans la Grèce antique, il fallait se débrouiller par ses propres moyens en créant divers types de petites entreprises, comme la pêche, la vente de peaux tannées ou la fabrication d'huile d'olive. 

Pour les Grecs, une certaine dose d'autonomie était la clé du succès. Et l'individualisme était primordial pour maîtriser le terrain qui les entourait. Ce n'est pas une théorie parfaite, mais elle est fascinante et pourrait expliquer comment l'"individu" est apparu en Occident, en commençant par les Grecs.

Il n'est donc pas surprenant que les Grecs aient commencé à faire de l'individu tout-puissant un point central de leur culture. Ils ont également loué la gloire personnelle, la perfection et le progrès. Après tout, les Grecs ont créé la compétition légendaire qui oppose le moi contre le moi, que nous connaissons encore aujourd'hui sous le nom d'Olympiades. Les Grecs pratiquaient également les premières formes de démocratie et le droit de vote individuel et, dans leur mythologie, ils racontaient des fables sur Narcisse et les dangers de l'amour-propre. 

Le message principal était avant tout que, grâce au progrès et à l'autodétermination, l'individu pouvait être le champion de son propre destin et de son propre pouvoir et choisir la vie qu'il voulait. Grâce à ces valeurs, l'individu peut se libérer des chaînes des maîtres d'esclaves, des tyrans et même de Dieu. 

La vision orientale

Les choses sont bien différentes en Extrême-Orient. La Chine, culture mère de la Corée et du Japon, se trouve à l'autre bout du continent eurasien, séparée par des montagnes et des déserts. Pour les Grecs, tout semblant de civilisation chinoise n'était probablement que des rumeurs et des chuchotements de commerçants et de voyageurs sur les routes de la soie... 

Les grands espaces et les paysages agricoles fertiles de la Chine ne pouvaient pas être plus opposés à l'état des choses en Grèce. La possibilité d'exploiter d'immenses champs agraires favorisait les efforts des grands groupes au détriment de l'individu. Le succès signifiait probablement s'intégrer et se mettre au diapason d'une grande communauté sur un projet d'irrigation du riz ou du blé en Chine. La survie était favorisée par le travail d'équipe et la fiabilité plutôt que par les petits projets commerciaux. Cette théorie, comprise par certains psychologues, est connue sous le nom de "théorie collective du contrôle". Et l'on pense que ce sont des facteurs géographiques comme celui-ci qui ont conduit à l'idéal collectif du soi en Chine et en Extrême-Orient. 

Le philosophe le plus célèbre de Chine, Confucius, semble soutenir ces idéaux collectifs dans ses écrits, décrivant l'homme supérieur comme "celui qui ne se vante pas de lui-même mais préfère la dissimulation de sa vertu, car il doit cultiver une harmonie amicale et laisser les états d'équilibre et d'harmonie exister dans la perfection". Tout ceci contraste fortement avec les propos des philosophes de la Grèce antique. 

Pour les Orientaux, la maîtrise du monde passait par l'effort collectif, ce qui a également façonné la façon dont les Chinois en sont venus à percevoir la réalité. Pour eux, l'existence est un champ de forces interconnectées - et non des pièces et des éléments individuels comme le percevaient les Grecs. De ces visions totalement différentes de la réalité découlent différents types d'histoires. 

Crise. Lutte. Résolution ? 

Les mythes grecs comportent généralement trois actes, ou ce qu'Aristote appelle un "début", un "milieu" et une "fin", qui sont aussi parfois connus comme les phases de "crise", de "lutte" et de "résolution". Les mythes grecs mettent également en scène un héros unique, le protagoniste principal, qui, au cours de son voyage, combat des monstres et surmonte d'énormes obstacles pour revenir chez lui avec un trésor. 

Ou, en d'autres termes, les mythes grecs incarnaient l'idéal grec de l'individu, généralement une personne courageuse qui pouvait tout changer si seulement elle en décidait. De telles histoires influencent les esprits occidentaux dès la petite enfance, et certaines études ont montré que, lorsqu'on demande aux enfants d'inventer une histoire, ils ont tendance à suivre inconsciemment le modèle grec dès leur plus jeune âge. 

Les perspectives de la Chine sont très différentes. Par exemple, il n'y a pratiquement pas d'autobiographies dans la littérature chinoise jusqu'à aujourd'hui. Et quand elles apparaissent, elles ont tendance à être dépourvues de voix et d'opinions et à être racontés presque du point de vue d'un spectateur qui réfléchit sur une vie, plutôt que directement par la personne qui la raconte.

De même, au lieu de suivre un schéma direct de cause à effet, les histoires orientales tendent à prendre la forme de nombreux personnages différents, qui reflètent tous le drame de l'intrigue, souvent de manière contradictoire. L'effet est de placer le lecteur dans une position où il doit déchiffrer et démêler ce qui s'est réellement passé par lui-même. 

Un excellent exemple est "In A Bamboo Grove" de Ryunosuke Akutagawa. Dans cette histoire, une victime est assassinée et l'événement lui-même est raconté par plusieurs témoins, dont un esprit qui canalise la victime elle-même. Il est rare qu'il y ait une fin claire et nette ou une véritable conclusion dans les histoires orientales. Les “fins heureuses" ne sont pas familières de la littérature orientale. Le lecteur doit plutôt décider par lui-même, et c'est ainsi que les Orientaux ont tendance à tirer du plaisir de l'histoire. 

Le but unificateur de l'histoire 

Dans les quelques contes d'origine orientale qui se concentrent sur des individus, les actes héroïques ont tendance à être accomplis en groupe. Dans les récits occidentaux d'héroïsme, le héros est opposé au mal, la vérité prévaut et l'amour triomphe de tout. Mais en Asie, l'héroïsme est obtenu par le sacrifice, surtout si ce sacrifice permet de protéger et de prendre soin de la famille et de la communauté. 

Les Japonais ont une forme de narration connue sous le nom de kishotenketsu. Elle comporte généralement quatre actes. Dans le premier acte, on nous présente les personnages. Dans l'acte deux, le drame commence. Le troisième acte comporte généralement un rebondissement ou une surprise. Dans le dernier acte, le lecteur est invité, de manière ouverte, à rechercher l'harmonie entre toutes les parties de l'histoire. 

L'une des choses qui rendent les lecteurs occidentaux le plus perplexes dans les histoires d'origine orientale est que la fin est souvent ambiguë. Dans la philosophie orientale, la vie est généralement considérée comme compliquée et sans réponses claires. 

Les lecteurs des cultures orientales prennent plaisir à la poursuite narrative de l'harmonie. En revanche, les Occidentaux apprécient les récits d'individus luttant pour obtenir la victoire contre vents et marées. Les différences entre ces récits reflètent les différentes façons dont les deux cultures comprennent le changement. Les Occidentaux considèrent que le monde est constitué de fragments domptables qu'il faut reconstituer chaque fois qu'un drame ou un changement inattendu survient dans une histoire. Pour les Orientaux, la vie est un champ de forces qui sont toutes interconnectées. Lorsque le drame survient, le désir de l'Oriental est d'essayer de rétablir l'harmonie entre ces forces vitales afin qu'elles puissent toutes coexister.  

Et si l'Orient et l'Occident racontent différents types d'histoires, l'objectif sous-jacent est le même. Les Orientaux et les Occidentaux racontent des histoires comme des leçons de contrôle. Elles sont conçues pour aider les gens à s'orienter, à trouver leur place dans le monde. Partout, les histoires semblent être des tentatives de maîtriser le chaos. Ce sont des moyens de gérer la réalité extérieure déconcertante du monde qui nous entoure. 

À propos de l'auteur

Neil Wright est rédacteur en chef pour une société de transcription basée au Royaume-Uni, nommée McGowan Transcriptions. Ses principaux passe-temps sont l'écriture et la lecture. Il travaille actuellement sur son premier roman "Espaces poétiques".

Vous pourriez également être intéressé par...

écrire pour l'animation

Comment écrire pour l'animation

Si vous pensiez que l'écriture d'un scénario de film d'action était très visuelle, attendez de voir à quoi ressemble un scénario d'animation ! Je considère l'animation comme un moyen de narration totalement différent, même si certains la considèrent comme un genre. Aujourd'hui, nous allons voir comment écrire pour l'animation, qu'il s'agisse d'une émission de télévision animée ou d'un film, et en quoi le processus diffère de l'écriture de scénario traditionnelle. Pour commencer, nous avons interviewé Ricky Roxburgh, ancien scénariste de Disney Animation Television (aujourd'hui chez Dreamworks en tant que rédacteur...

Ce que les histoires pour enfants peuvent apprendre aux scénaristes sur le storytelling

Ce que les histoires pour enfants peuvent apprendre aux scénaristes sur le storytelling

Les livres pour enfants, les émissions de télévision et les films sont nos premières expériences du storytelling. Ces premiers récits contribuent à façonner notre compréhension du monde et notre interaction avec lui. Leur valeur ne se perd pas avec l’âge. Au contraire, les histoires pour enfants peuvent nous apprendre beaucoup sur l'écriture de scénarios ! La simplicité est souvent à privilégier : les histoires pour enfants nous apprennent à prendre une idée et à la distiller jusqu'au fond d'elle-même. Je ne dis pas qu'il faille simplifier...
Jonathan Maberry, Jeanne Bowerman, et Doug Richardson devant un graphique qui dit "Pourquoi écrire des histoires".

Pourquoi écrire des histoires ? Ces 3 pros donnent de la vie avec leurs réponses

Nous avons en quelque sorte rassemblé ce groupe de créatifs professionnels au cours d'une séance d'entretien l'an dernier, et nous avons découvert un joyau lors d'une discussion entre eux sur le sujet des histoires, en particulier, pourquoi vous devriez en écrire une. Lisez la transcription ci-dessous ou prenez cinq minutes pour regarder l'interview vidéo. La discussion met en vedette certains de nos écrivains préférés provenant d'horizons divers. Jonathan Maberry est un auteur de best-sellers du New York Times, auteur de bandes dessinées, dramaturge et professeur. Jeanne V...