Blog sur l'écriture de scénarios
Publié le par Courtney Meznarich

Le gagnant du programme des scénaristes Stimulus de SoCreate sacrifie un moment avec ses amis pour l'écriture en semaine 1

J'adore le thème du vblog de l'écrivain Kaylord Hill aujourd'hui. Il s'agit de faire des sacrifices pour le bien de l'écriture, de choisir ceci plutôt que cela, et de prendre au sérieux notre métier d'écrivain. Je dis que je veux atteindre un objectif, mais suis-je prêt à faire ce qu'il faut pour y parvenir ?

Hill a gagné le Screenwriter Stimulus de Create il y a tout juste deux semaines, et il apprend déjà de dures leçons sur ce qu'il faut faire pour relever le défi d'écrire un scénario de long métrage en 30 jours. Il est bien sûr aussi motivé par l'argent, mais pour gagner son salaire de 1 000 dollars chaque semaine, il doit atteindre des objectifs hebdomadaires en matière de pages et de vlogs.

Eh bien, la première semaine est terminée. Kaylord a-t-il écrit les 20 à 30 pages requises ? Regardez et voyez.

Très bien, comment ça va ? C'est Kaylord Hill. Je suis de retour une fois de plus, gagnant du Stimulus SoCreate Screenwriter, et je me sens bien, je me sens béni, et je me sens vraiment optimiste à propos de mon script.

C'était la première semaine. Et donc la question est, est-ce que j'ai rendu les pages à temps ? Ai-je atteint mon objectif ? Est-ce que j'ai rempli mes conditions ? Je l'ai fait. Je l'ai fait. Je l'ai fait.

Comme vous le savez, jeudi, j'ai dit que je me concentrais vraiment sur la préparation de mon plan, et je n'avais probablement pas encore écrit une page. Jeudi, je ne pense pas l'avoir fait. Vendredi, samedi, dimanche, et même plus tôt ce matin, j'ai vraiment passé du temps à me concentrer pour écrire des pages et essayer de comprendre quelle histoire j'essayais de me raconter. Parce que c’est l'objectif d'un premier jet, non ? On essaie vraiment de se raconter ce qu'on pense être l'histoire qu'on veut raconter, non ?

Mais ce qui est intéressant, c'est que cette semaine n'a rien à voir avec les pages que j'ai écrites. J'ai écrit de bonnes pages, et puis il y en a eu d'autres que je vais revoir, que je vais réviser, et que je vais regarder à nouveau. Ce dont je veux parler, c'est de la façon dont les pages ont été écrites.

Pourquoi est-ce important ? Parce que, en tant qu'écrivains, nous avons toujours des choses à faire. On aura toujours une famille. On aura toujours une carrière. Nous aurons toujours des engagements. Et donc la question est, et c'est un peu le thème de mon message aujourd'hui, à quoi allez-vous dire non pour pouvoir dire oui à l'écriture ? C'est ça ? A quoi allez-vous renoncer aujourd'hui pour pouvoir dire oui à l'écriture aujourd'hui ?

Et c'est important parce que des amis à moi, qui sont amis depuis plus de dix ans, m'ont invité à un brunch. Si j'accepte, le brunch va être une épreuve de trois ou quatre heures, et je vais perdre un temps précieux à écrire. Ou, je peux sauter le brunch. Vous savez, il y aura d'autres brunchs. Et je peux vraiment profiter de ce temps et maximiser cette opportunité avec SoCreate pour marteler les pages autant que je peux. J'ai choisi la seconde option.

J'ai écrit de 7 heures du matin à 9 heures du soir le dimanche. Et c'était la meilleure chose à faire. J'ai éteint mon téléphone et je me suis vraiment concentré sur les pages. Il y a une chose que je fais, et je suis sûr que d'autres personnes le font, mais il faut que je le dise, juste pour que le monde entier le sache : les sprints. Je n'écris pas pendant deux heures, trois heures d'affilée. Je fais des pauses. Je fais des sprints. J'écris des sprints, plutôt. Donc, 45 minutes. Et si vous y pensez, quand vous réglez l'horloge sur 45 minutes, c'est long. Surtout quand on a l'impression d'être face à une page blanche, c'est long. Donc, je fais des sprints de 45 minutes. Une fois que le minuteur s'arrête, je peux écrire un peu plus. Je fais généralement une pause de 10 à 15 minutes, puis je recommence. Donc, si je dois écrire pendant cinq heures, je fais cinq sprints. Et ça m'aide vraiment. Ça me rafraîchit, ça me fait réfléchir, ça me donne de l'énergie pour ce que j'écris déjà, ça crée une certaine dynamique. Donc, je me sens bien à ce sujet.

L'autre chose que je fais, c'est que l'un de mes meilleurs amis m'a vraiment poussé à le faire, et il m'a demandé des comptes, et je pense que j'ai fait du bon travail, mais je planifie tout. Je prévois quand je vais écrire pendant 15 minutes. Je prévois quand je vais écrire pendant 25 minutes. Je pense que l'objectif pour tout le monde n'est pas seulement d'écrire et de travailler sur l'art de l'écriture de scénario, mais aussi de faire partie de l'industrie de l'écriture de scénario. Donc, je pense, et c'est mon opinion, que ce qui est utile pour mon processus, si je veux me développer et être là-haut avec d'autres grands scénaristes qui font partie de l'industrie et du business, je dois traiter mon écriture comme une entreprise, et être concerné par le business de mon écriture. Donc, je pense que c'est important. Je voulais le partager avec vous.

Donc, créez un calendrier, une heure. Je fais une pause de quatre jours dans mon travail, jeudi, vendredi, samedi et dimanche, donc il y aura beaucoup de pages à écrire, alors restez à l'écoute.

La dernière chose, et je pense l'avoir dit la semaine dernière ou peut-être la première fois, les premiers jets. Écrire un premier jet pour moi, c'est amusant, c'est exaltant, c'est aussi le défi d'en finir rapidement. Et je veux en finir rapidement parce que, pour moi, je m'épanouis dans le deuxième jet. Le deuxième jet est vraiment le moment où vous établissez les bases de votre histoire, la structure de votre histoire, et je pense, je dirais 10% du deuxième jet, mais probablement 100% du troisième jet pour moi, le troisième jet est une question de nuance. Il s'agit d'insérer toutes ces choses qui sont vraiment importantes pour l'histoire. Les détails, les points les plus fins, le dialogue, ou l'absence de dialogue, l'insertion de certaines scènes qui, selon vous, seraient vraiment utiles pour illustrer le message de votre film.  

Mais c'est tout. Pour moi, ce qu'il faut retenir de la première semaine, c'est : à quoi je vais dire non, pour pouvoir dire oui à l'écriture. Pas vrai ? Continuez à taper les pages. Continuez à faire votre truc. Je vous encourage tous à le faire. J'espère que vous m'encouragez aussi. À la prochaine fois. A bientôt.

Kaylord Hill, scénariste lauréat du programme Stimulus de SoCreate

Vous pourriez également être intéressé par...

Commentaires